Où souhaitez-vous
partager cette page?

Achat local

Sac réutilisable sur un comptoir de cuisine avec la mention J'achète local, aux couleurs de la Ville de L'ancienne-Lorette.

Pourquoi acheter local ?

Les avantages de l’achat local sont nombreux :

  • Appuyer les commerçants d’ici.
  • Encourager la création et le soutien d’emplois.
  • Participer à la vitalité de notre communauté.
  • S’assurer de notre qualité de vie.

En plus de poser un geste concret pour la municipalité et nos concitoyens, en achetant à deux pas de la maison, on économise temps et déplacement !

Comment soutenir gratuitement les commerces d’ici ?

Bien que le meilleur moyen d’assurer la vitalité de nos commerces demeure d’effectuer une transaction, plusieurs petits gestes gratuits peuvent être posés pour les encourager et contribuer à les faire connaître et à leur donner de la visibilité!

  • Abonnez-vous aux réseaux sociaux de vos entreprises locales préférées, aimez leurs publications et partagez-les.
  • Prenez quelques minutes pour rédiger un commentaire positif sur un site d’avis ou sur le site d’une entreprise qui se démarque par ses bons services.
  • Faites du bouche-à-oreille en partageant vos entreprises coups de cœur avec famille, amis et collègues. Les références demeurent un excellent moyen pour les entreprises de se faire connaître.
  • Utilisez les objets promotionnels ou les sacs à l’effigie d’une entreprise locale que vous aimez.
  • Encouragez les propriétaires et les employés de vos commerces préférés en prenant le temps de leur mentionner que vous les appréciez. Sourire et dose de motivation assurés !

Historique commercial de L’Ancienne-Lorette

L’histoire de L’Ancienne-Lorette débute dès 1673, année où une nation huronne vient s’établir en un lieu nommé Notre-Dame-de-Lorette. En 1697, les Hurons partent s’installer au village huron actuel, la réserve Wendake, qu’ils nomment alors Jeune Lorette. Par conséquent, Notre-Dame-de-Lorette prend la dénomination de Vieille Lorette pour plus tard devenir Ancienne-Lorette, lors de l’érection civile des paroisses en 1722.

Histoire et patrimoine

Pendant plus de deux siècles, la population de L’Ancienne-Lorette est presque autosuffisante, l’essentiel étant produit sur place : le bois de chauffage, la nourriture, une bonne partie du linge de maison et les vêtements. Les denrées non cultivées sont achetées en ville : sucre, mélasse, thé, sel, certains tissus et bien sûr, le « petit blanc ».

En 1936, s’installe la seule industrie importante de L’Ancienne-Lorette, la ganterie de monsieur J. Armand Lemieux. Plus tard, la population de L’Ancienne-Lorette triple, passant de 3 961 habitants en 1961 à 11 694 en 1976. Malgré cette augmentation significative, la situation géographique de L’Ancienne-Lorette l’empêche de devenir une ville industrielle.

Des industries de matériaux de construction et d’hôtellerie s’installent néanmoins sur le boulevard Wilfrid-Hamel. Le commerce s’y est développé tout au long de ces années.

Certains commerces existent encore, notamment :

  • La Caisse Desjardins, rue Notre-Dame : en 1946 et en 1957.
  • La Ganterie canadienne, de 1935 à aujourd’hui, maintenant connue sous le vocable Ganka.

D’autres commerces sont disparus au fil des années, mais demeurent dans la mémoire populaire, tels que:

  • Le magasin de meubles Dominique Paquet
  • Le magasin général J. A. Drolet
  • Trait carré St-Jacques, Notre-Dame
  • L’Atelier de menuiserie Omer Alain, 1409 Saint-Paul
  • Le Salon de barbier Roby, rue Notre-Dame, de 1947 à 2000
  • La Ferme du vison, de 1953 à 1976
  • Les Autobus A Drolet de 1925 à 1969
  • Les atelier mécanique Pierre Déry
  • Le bureau Fortunat Belleau, médecin
  • La boucherie Notre-Dame (Cantin)

Nous remercions M. Gilles Falardeau, président de la Société d’histoire de L’Ancienne-Lorette, qui nous a guidés dans cette reconstitution de l’histoire commerciale de la Ville de L’Ancienne-Lorette.

Historique de quelques commerces de L'Ancienne-Lorette

Ganterie canadienne

La Ganterie canadienne fut fondée, en 1935, par M. Joseph-Armand Lemieux. Les gants et mitaines de travail produits dans la manufacture, située au cœur de L’Ancienne-Lorette, étaient distribués aux détaillants de la province. En 1943, l’arrivée de Marcel et Hermann, fils du fondateur, a entraîné l’expansion du territoire de vente à travers tout le Canada.

En 1955, M. Lemieux se retire de l’entreprise. En 1974, elle déménage ses installations sur la rue Des Pins Est, son emplacement actuel. Les dirigeants s’attaquent au marché américain. C’est à ce moment que l’entreprise devient Ganka, pour faciliter les communications avec les Américains. En 1981, Jean Lemieux, fils de Marcel, et président actuel de l’entreprise, fait son entrée dans l’entreprise.

Autobus A. Drolet

À la mort de son père, Napoléon Drolet, propriétaire de l’entreprise fondée en 1925 au nom d’Autobus Alphonse Drolet, son fils Alphonse prend la relève et conduit l’autobus jusqu’en 1932. Il vend alors l’entreprise à ses trois frères, qui fondent la compagnie Autobus A. Drolet ltée.

En 1933, l’entreprise achète son premier autobus, construit par Prévost de Sainte-Claire. L’ouverture de la nouvelle route de Québec au Lac-Saint-Joseph, en 1938, donne l’occasion d’acheter un deuxième autobus Prévost. Cet autobus fut le premier à se rendre à New York et à Niagara Falls, lors de
voyages spéciaux.

J.A. Drolet

Le magasin J. A. Drolet a été délocalisé en mai 1895 sur la rue Saint-Jacques, à L’Ancienne-Lorette. Cinq générations ont marqué l’histoire de plus d’un siècle qui se rattache au supermarché d’alimentation J. A. Drolet. Joseph-Albert Drolet a pris en charge le magasin général dans lequel on pouvait y acheter une multitude de produits de lingerie et de matériaux de quincaillerie.

M. Drolet a aussi œuvré au sein de la commission scolaire de L’Ancienne-Lorette, à titre de secrétaire, pendant 33 ans. Il fut le premier de la ville à avoir le téléphone et l’électricité. Gustave procède par la suite à la construction d’un nouveau magasin sous la bannière de Provigain en 1969, et son fils Rémi devient le propriétaire du Provigain en 1971. Neuf ans plus tard, il fait construire un nouveau marché d’alimentation, qui fut pendant longtemps affilié à la bannière Provigo.

Le commerce a fermé en 2006, mettant fin à 111 ans d’activité presque complètement consacrée à la famille Drolet.

Dominique Paquet

Le Magasin Dominique Paquet a été fondé en 1941. C’est à l’âge de 10 ans que Dominique commença à travailler, tout en allant à l’école. À l’âge de 12 ans, il abandonne l’école pour se consacrer pleinement à son travail. Quatre ans plus tard, un agent régional de A. Bélanger Ltée vient offrir à son père la ligne des poêles à bois et fournaises à air chaud, mais celui-ci la refuse. Il y avait cependant une personne dans l’épicerie qui était intéressée à cette ligne… c’était Dominique.

Son père accepta de prendre la ligne pour son fils et c’est ainsi que débuta sa carrière de marchand de meubles.

En 1948, tout en travaillant à l’épicerie, Dominique fit sa première vente par catalogue: un poêle à bois ! En 1950, il avait en inventaire un poêle à bois et un réfrigérateur. En 2011, à l’âge de 80 ans, Dominique confia la gestion de l’entreprise à ses enfants pour profiter d’une retraite bien méritée. L’entreprise a fermé ses portes en décembre 2021, après plus de 70 ans d’histoire. M. Dominique Paquet est décédé en 2022.