Fouilles archéologiques sur le site du presbytère

Des fouilles archéologiques d’envergure seront exécutées durant l’été 2018 sur le terrain du presbytère de L’Ancienne-Lorette afin de sauvegarder l’histoire enfouie de ce site.

Bandeau_Fouilles2

Dans le cadre du projet de construction d’un nouveau point de services, d’importants travaux archéologiques seront exécutés durant l’été 2018 sur le terrain du presbytère de L’Ancienne-Lorette afin de sauvegarder l’histoire enfouie de ce site. À l’automne 2017, des sondages exploratoires avaient permis de constater l’exceptionnelle préservation et l’importance des ressources archéologiques se trouvant autour du presbytère.

Des travaux archéologiques d’envergure

Les fouilles archéologiques sont présentement réalisées par GAIA, coopérative de travail en archéologie. Durant 8 semaines, les archéologues effectueront la fouille minutieuse d’une large portion du terrain située au nord et à l’ouest du presbytère, couvrant au moins 400 m2, ainsi qu’une excavation mécanique d’environ 300 m2 sous le garage et autour des fondations du presbytère.

Les travaux archéologiques permettront de mettre au jour des artéfacts, des écofacts (ex. : ossements et restes végétaux) et des vestiges qui couvrent toutes les périodes d’occupation du site. Après des analyses approfondies, ces découvertes serviront à mieux comprendre le mode de vie des gens qui ont occupé ce lieu, autant les Amérindiens et les Jésuites de la mission Notre-Dame-de-Lorette que les curés de la paroisse qui s’y sont succédé.

Le chantier archéologique du presbytère en chiffres

Près 350 ans d’histoire
700 m²
8 semaines de fouilles
30 archéologues et spécialistes

Un site accessible au grand public

Zone d’observation et d’interprétation

Observez les archéologues à l’oeuvre et apprenez-en plus sur ce site riche en histoire et en découvertes grâce aux panneaux d’interprétation installés sur le site! Jusqu’au 27 juillet, les citoyens seront libres de se rendre près du chantier afin d’observer le travail des archéologues.

Visites guidées 

Des visites guidées animées par des archéologues seront également organisées les samedis 7 et 14 juillet.

Près de 350 ans d’histoire

Le terrain de la Fabrique de L’Ancienne-Lorette sur lequel se trouvent l’église paroissiale, le presbytère et le cimetière, est occupé depuis près de 350 ans. De 1698 à aujourd’hui, ce site a vu le passage de tous les curés de la paroisse de L’Ancienne-Lorette. Lieu de fondation de L’Ancienne-Lorette, il s’agit aussi d’un site d’une importance indéniable dans l’histoire de la Nouvelle-France.  Le travail archéologique des prochaines semaines permettra de mieux comprendre les différentes occupations de ce site, le mode de vie de ses habitants et possiblement l’emplacement réel des maisons longues reliées à la première occupation du site de 1673 à 1697. Ce projet archéologique est d’une importance majeure par sa superficie et par son potentiel élevé de découvertes sur l’histoire de L’Ancienne-Lorette et des gens qui y ont vécu depuis près de 350 ans.

L’histoire du site débute en 1673, alors que les révérends pères Jésuites fondent en ce lieu une mission avec des Amérindiens convertis au catholicisme, principalement Hurons-Wendat, mais aussi Iroquois. Bordé par deux ruisseaux, au nord et au sud, et par la rivière Lorette, à l’est, ce terrain plat est idéal pour l’installation d’une mission amérindienne et pour l’agriculture.

La mission était composée de quatre rangées de maisons longues disposées en carré, au centre duquel était bâtie une chapelle. Construite en briques, cette chapelle était une réplique de la sainte maison de Nazareth, située à Loreto en Italie. Le père Chaumonot souhaitait que ce nouveau lieu de culte soit dédié à la dévotion de Notre-Dame-de-Lorette, d’où le nom de Lorette pour la nouvelle mission. Cette chapelle a fait l’objet de fouilles archéologiques en 1983, puis en 2013.

La population de la mission varie entre 140 et 300 individus selon les naissances, les décès, les départs et l’arrivée de nouveaux convertis. En 1697, sous les pressions de Mgr de Saint-Vallier, évêque de Québec, les Jésuites se voient dans l’obligation de déménager la mission, afin de laisser leur résidence et le terrain pour créer une nouvelle paroisse qui serait à la disposition des colons français. Ils choisissent de s’installer près des chutes de la rivière Saint-Charles, à un endroit nommé « Jeune-Lorette ». Ce lieu devient Wendake, où les Hurons-Wendat vivent toujours.

Après 1697, les Jésuites cèdent le terrain, la chapelle et leur maison qui était adossée à la chapelle. La chapelle des Jésuites devient la première église de la paroisse, tandis que la maison des Jésuites accueille le curé.

En 1725, un nouveau presbytère en pierres est construit sur le site. Ce dernier se trouve sous l’actuel presbytère de la paroisse Notre-Dame-de-L’Annonciation, construit en 1893. Au fil du temps, différentes dépendances ont été construites en périphérie du presbytère, dont des granges, des étables et autres bâtiments nécessaires à la vie en campagne. Ce secteur de la ville était essentiellement rural au cours du XVIIIe jusqu’au début du XXe siècle.

De 1698 à aujourd’hui, ce site a vu le passage de tous les curés de la paroisse de L’Ancienne-Lorette. Lieu de fondation de L’Ancienne-Lorette, il s’agit aussi d’un site d’une importance indéniable dans l’histoire de la Nouvelle-France.